Traitements de l’asthme

Les traitements de l’asthme dépendent de votre âge et de la gravité de votre état. Comme la gravité de l’asthme peut varier avec le temps, le traitement doit être adapté au patient individuel et doit être périodiquement révisé.

Chaque personne asthmatique (adulte, adolescent et enfant de six ans ou plus) devrait se voir prescrire un médicament contre l’asthme contenant des corticoïdes inhalés (CSI) pour réduire le risque de crises graves.

Chaque patient asthmatique devrait également recevoir un plan d’action personnalisé contre l’asthme qui explique en détail le type de médicament de contrôle et de secours à utiliser, la fréquence et comment modifier les médicaments en cas de crise.

Les médicaments de contrôle maintiennent votre asthme sous contrôle en réduisant l’inflammation dans vos poumons, et sont donc utilisés pour prévenir les crises et les limitations du flux d’air. Ils comprennent les CSI avec ou sans bêta-agonistes à action prolongée (LABA). La bonne thérapie de contrôle prévient les crises, réduit le besoin de médicaments de secours, et, surtout, minimise ou élimine le risque de crises graves qui pourraient nécessiter un traitement par corticoïdes oraux (CSO), réduisant ainsi les éventuels effets secondaires graves.

Les médicaments de secours sont utilisés au besoin pour les symptômes quotidiens et pendant une crise pour ouvrir les voies respiratoires dans les poumons. Les médicaments de secours peuvent être soit une combinaison de CSI à faible dose et de formotérol (un bêta-agoniste à action rapide particulier), soit un bêta-agoniste à action brève (SABA).

Les patients souffrant d’asthme léger peuvent se voir prescrire du budésonide-formotérol à faible dose à utiliser au besoin, sans aucun traitement de fond quotidien. Cela réduit le risque de crises graves par rapport à l’utilisation d’un SABA seul. Les patients asthmatiques légers qui n’ont pas accès au budésonide-formotérol à utiliser au besoin et qui se voient prescrire un médicament de secours SABA devraient prendre du CSI à faible dose chaque fois qu’ils utilisent le médicament de secours SABA, pour réduire leur risque de crises par rapport à l’utilisation d’un SABA seul.

À propos des traitements de l’asthme : action et effets

Médicaments de maintenance

Corticoïdes inhalés (CSI) : Ce sont des médicaments anti-inflammatoires utilisés pour le contrôle à long terme de l’asthme. Ils réduisent le gonflement et le resserrement de vos voies respiratoires, contrôlent les symptômes, améliorent la fonction pulmonaire et réduisent le risque de crises graves et de décès dus à l’asthme. Ces médicaments commenceront à améliorer votre asthme en quelques heures ou jours, et votre asthme peut continuer à s’améliorer pendant plusieurs mois après avoir commencé à les prendre.

CSI en association avec des bêta-agonistes à action prolongée (LABA): L’utilisation d’une combinaison de CSI avec un bronchodilatateur à action prolongée aide à réduire les symptômes de l’asthme et le risque de crises par rapport à une dose plus élevée de CSI seul. Les LABA doivent être pris uniquement en association avec un CSI, car s’ils sont utilisés seuls, ils peuvent augmenter le risque de crises graves d’asthme. Il existe deux types de combinaisons CSI-LABA différentes : CSI combiné à du formotérol, et CSI combiné à d’autres LABA tels que le salmétérol ou le vilantérol.

Médicaments de secours

Bêta-agoniste à action brève (SABA): Médicaments de secours qui ouvrent les poumons en relaxant les muscles des voies respiratoires. Ils peuvent soulager temporairement les symptômes de l’asthme. Ils commencent à agir en quelques minutes et sont efficaces pendant quatre à six heures. Ce ne sont pas des médicaments de contrôle et ils ne vous protègent pas contre une autre crise d’asthme. En fait, une utilisation fréquente des SABA peut augmenter le risque de crises graves et même de décès.

Combinaison à faible dose de CSI-formotérol: il s’agit d’une combinaison de CSI et de formotérol, un LABA à action rapide. Il s’agit d’un inhalateur de secours anti-inflammatoire qui soulage les symptômes aussi rapidement (ou presque aussi rapidement) qu’un SABA, et qui fournit également une faible dose de médicament anti-inflammatoire pour traiter l’inflammation des voies respiratoires.

Chez les personnes souffrant d’asthme léger, le CSI-formotérol à faible dose peut être utilisé au besoin seul, sans aucun traitement de contrôle quotidien régulier. Ce traitement au besoin uniquement est approuvé pour l’asthme léger dans de nombreux (mais pas tous) pays.

Pour les patients à qui l’on prescrit une combinaison CSI-formotérol, elle peut également être utilisée avant l’exercice ou avant une exposition à un allergène.

Traitement de fond et de secours avec le CSI-formotérol

Pour les patients atteints d’asthme modéré ou sévère, le CSI-formotérol est pris à la fois comme traitement quotidien de maintenance régulier et est également pris au besoin pour soulager les symptômes. Cela s’appelle le traitement de fond et de secours (MART). Cela réduit le risque de crises graves par rapport à l’utilisation d’un médicament de secours SABA. MART est approuvé pour le traitement de l’asthme dans de nombreux pays depuis de nombreuses années.

Tous les adultes, les adolescents et les enfants âgés de six ans et plus devraient se voir prescrire un inhalateur contenant un corticoïde CSI, pour réduire le risque de crises d’asthme sévères. L’asthme ne devrait pas être traité uniquement avec un inhalateur de secours SABA, sauf chez certains jeunes enfants.

Autres médicaments

Corticoïdes oraux (CSO): Tout comme les CSI, les corticoïdes oraux réduisent l’inflammation dans les poumons, mais ils ne sont utilisés qu’en cas de crises graves car ils peuvent avoir de nombreux effets secondaires graves. Ils sont parfois envisagés pour les patients atteints d’asthme sévère et non traitable, mais seulement en dernier recours.

Antagonistes des récepteurs de la leucotriène (LTRA) tels que le montélukast : Médicaments anti-inflammatoires pouvant être utilisés dans l’asthme léger, mais ils sont moins efficaces que les CSI. Ces médicaments sont également associés à un risque accru de changements graves dans la santé mentale et le comportement, y compris chez les enfants ; discutez-en avec votre médecin.

Biothérapie (pour l’asthme sévère): Les thérapies biologiques sont utilisées pour les patients dont l’asthme ne répond pas aux CSI-LABA à forte dose avec une bonne observance et une technique correcte. Elles ciblent sélectivement les composants du système immunitaire qui provoquent l’inflammation, il se peut donc qu’elles ne fonctionnent pas pour tout le monde. Il est donc important d’identifier le type d’asthme avant de décider de passer à une biothérapie.

Traitement de l'asthme : intensifiez, réduisez !

Le traitement de l’asthme doit être continuellement surveillé et ajusté. Après le diagnostic, votre médecin vous proposera un traitement initial. Dans les deux à trois mois suivant le début du traitement de contrôle, vous devrez consulter votre professionnel de santé pour voir comment vous réagissez au traitement. Les médicaments contre l’asthme peuvent être ensuite « intensifiés » ou « réduits », ce qui signifie que la dose et le type de médicaments dont vous avez besoin peuvent être augmentés ou diminués en fonction de la façon dont votre corps réagit au traitement. Il est également important de revoir la technique d’inhalation avec l’aide d’un professionnel de santé pour s’assurer que vous recevez la bonne quantité de médicament à chaque inhalation.

Si l’asthme est bien contrôlé, vous et votre médecin pouvez décider de « réduire » le traitement, en tenant compte également des conditions générales et environnementales. D’un autre côté, si vous avez des symptômes fréquents ou si vous avez des crises et si vous estimez que votre médication ne vous aide pas autant que vous l’aviez imaginé malgré une prise régulière et une technique correcte, il peut être nécessaire d' »intensifier » le traitement, par exemple en augmentant les doses ou en changeant de médication, ainsi qu’en traitant tout facteur de risque.

L’asthme est une affection variable, et les ajustements du traitement peuvent inclure :

  • Ajustement quotidien si l’on vous prescrit un inhalateur de secours anti-inflammatoire: Sachez comment ajuster les doses au besoin de votre inhalateur de secours anti-inflammatoire (budésonide-formotérol ou béclométasone-formotérol) en fonction de vos symptômes. Demandez à votre médecin combien d’inhalations vous devriez prendre, et quel est le nombre maximum de doses par jour si votre asthme s’aggrave.
  • Ajustement du contrôleur à court terme (pendant 1 à 2 semaines) si votre inhalateur de secours est un SABA et si votre asthme est plus grave : Sachez quand augmenter la dose des CSI de maintenance pendant 1 à 2 semaines, par exemple si votre asthme est plus grave pendant les infections virales, les allergies saisonnières ou l’exposition aux allergènes.
  • Ajustement du contrôleur à long terme (pendant au moins 2 à 3 mois): Sachez quand le traitement prescrit ne parvient pas à contrôler l’asthme. Le contrôle infructueux peut être dû à la réponse individuelle au traitement, auquel cas le patient doit informer le médecin, qui peut proposer de changer ou d’intensifier la thérapie.

Pour décider du meilleur traitement pour vous, ou pour aider votre médecin à identifier le moment opportun pour changer de traitement, il peut être utile que vous teniez un journal quotidien de l’asthme.

Traitement de l'asthme sévère ou de l'asthme difficile à traiter

Si vous avez un asthme sévère ou difficile à traiter malgré des doses élevées de CSI-LABA, une bonne technique d’inhalation et une bonne observance du traitement, votre professionnel de santé examinera d’autres facteurs qui pourraient contribuer à un contrôle insuffisant de l’asthme.

Ils peuvent également envisager de nouvelles options de traitement ou des ajouts à la thérapie qui ciblent des mécanismes spécifiques d’inflammation qui ne peuvent pas être contrôlés avec un traitement standard. Pour comprendre si des traitements complémentaires peuvent vous être bénéfiques, le spécialiste examinera votre historique clinique et pourra demander des examens supplémentaires pour identifier si vous souffrez d’un type d’asthme spécifique pouvant répondre à ces traitements. L’objectif est d’améliorer le contrôle des symptômes, de réduire le risque de crises graves et de minimiser l’utilisation de corticoïdes oraux qui ont de nombreux effets secondaires graves à long terme.

Effets secondaires des médicaments

Les médicaments contre l’asthme doivent être pris uniquement après une consultation médicale. Il est très important de suivre attentivement les indications du médecin concernant la posologie et d’acquérir une bonne technique d’inhalation.

L’utilisation d’une corticothérapie orale une fois par an ou plus augmente le risque d’effets secondaires tels que des ecchymoses, une augmentation du risque d’ostéoporose, de diabète, d’insuffisance cardiaque, de cataractes et de glaucome. L’utilisation à fortes doses de corticostéroïdes inhalés pendant de longues périodes peut augmenter le risque d’ostéoporose et de cataractes. Ils peuvent également augmenter les effets secondaires locaux, tels que le muguet buccal et une voix rauque. Le risque de muguet buccal peut être réduit en se rinçant la bouche et en recrachant après avoir utilisé l’inhalateur.

Tout effet secondaire que vous ressentez doit être signalé. Discutez de tout effet secondaire que vous pourriez éprouver avec votre médecin et le pharmacien. En signalant les effets secondaires suspects, vous pouvez aider les autorités dans leurs enquêtes, ce qui conduira à des médicaments plus sûrs.

Optimisez votre technique d’utilisation de l’inhalateur pour l'asthme

Les inhalateurs sont des combinaisons complexes de médicaments et de dispositifs, et les patients ont besoin d’une formation sur la manière de les utiliser. Utiliser correctement votre inhalateur est essentiel pour s’assurer que vos poumons reçoivent la quantité de médicament nécessaire à chaque bouffée. Une technique incorrecte d’inhalateur conduit à un contrôle médiocre de l’asthme, augmente le risque de crises d’asthme graves et entraîne davantage d’effets indésirables.
Quatre étapes principales à suivre pour utiliser correctement votre inhalateur :

  1. CHOISISSEZ
    • Votre professionnel de santé vous aidera à choisir le dispositif d’inhalateur qui convient le mieux à vos besoins, en tenant compte des médicaments contre l’asthme dont vous avez besoin, de ceux que vous pouvez utiliser facilement et correctement parmi les dispositifs disponibles, et de leur impact environnemental.
    • Assurez-vous de pouvoir utiliser facilement l’inhalateur et que vous n’êtes pas limité par d’autres facteurs tels que l’arthrite.
    • Pour les inhalateurs doseurs à poudre (IDP), l’utilisation d’une chambre d’inhalation améliore la distribution et réduit les effets secondaires potentiels.
    • Si vous avez besoin de deux médicaments différents pour gérer votre asthme, par exemple un bronchodilatateur et un contrôleur, il est préférable d’avoir le même type de dispositif d’inhalateur pour chacun, si possible, pour éviter toute confusion sur la technique.
  2. VÉRIFIEZ
    • Demandez à votre professionnel de santé de vous montrer comment utiliser le dispositif correctement.
    • Regardez des vidéos en ligne pour voir comment utiliser votre inhalateur.
    • Vérifiez votre technique d’inhalateur avec votre professionnel de santé à chaque occasion. Montrez-leur comment vous utilisez réellement l’inhalateur.
  3. CORRIGEZ
    • Vérifiez votre technique régulièrement et soyez attentif aux étapes avec lesquelles vous êtes moins à l’aise.
    • Re-vérifiez fréquemment votre technique d’utilisation de l’inhalateur. De 4 à 6 semaines après la formation initiale, de nombreuses personnes n’auront plus une technique correcte avec leur inhalateur, il est donc nécessaire de répéter la formation fréquemment.
    • La surveillance électronique des inhalateurs et les rappels peuvent améliorer l’observance.
  4. CONFIRMEZ
    • N’hésitez pas à demander à votre professionnel de santé de vous faire une démonstration de la technique, surtout si votre dispositif est remplacé.
    • Les pharmaciens et les infirmiers sont d’excellents alliés si vous souhaitez revoir votre technique d’utilisation de l’inhalateur.

Comment utiliser votre inhalateur en toute sécurité

Rincez-vous la bouche après avoir inhalé un médicament contenant corticoïdes inhalés, chaque fois que cela est possible (par exemple, à la maison le matin ou le soir). Cela contribue à prévenir le risque d’infection fongique. Cependant, si se rincer la bouche n’est pas possible ou pratique, par exemple si vous utilisez l’inhalateur lorsque vous êtes à l’extérieur, ne vous inquiétez pas car le risque d’infection est très faible.

Éliminez le cartouche

Les cartouches périmées ou vides ne doivent pas être jetées dans la poubelle. Consultez votre pharmacien pour connaître la manière correcte de les éliminer.

À propos de votre inhalateur contre l’asthme

Inhalateur doseur à poudre (IDP) : une cartouche pressurisée de médicament dans un support en plastique avec un embout buccal. Lorsqu’elle est vaporisée et inhalée correctement avec une inhalation lente, elle délivre une dose de médicament fiable et constante. Le propulseur dans les IDP actuels, a une contribution potentielle beaucoup plus élevée au réchauffement climatique, que les inhalateurs à poudre sèche, mais de nouveaux propulseurs sont en cours de développement. Les médicaments de contrôle délivrés par des IDP doivent normalement être utilisés avec une chambre d’inhalation.

Chambre d’inhalation : également appelée « chambre d’inhalation », c’est un dispositif utilisée avec un IDP qui maintient le médicament en place afin que vous puissiez plus facilement le respirer. L’utilisation d’une chambre d’inhalation améliore la distribution du médicament et réduit les effets secondaires potentiels. Pour utiliser une chambre d’inhalation, secouez l’inhalateur, enfoncez son embout dans le trou à l’extrémité de la chambre, expirez complètement dans la chambre, appuyez sur la cartouche pour libérer une dose et en même temps, commencez à inspirer lentement et profondément. Retenez votre souffle et comptez jusqu’à 5 avant d’expirer. Répétez si on vous a prescrit plus d’une dose. C’est la meilleure méthode pour prendre les IDP de contrôle et les IDP de secours avec une chambre d’inhalation. Cependant, les personnes très essoufflées à ce moment-là et les très jeunes enfants peuvent inspirer et expirer dans la chambre après avoir libéré la dose.

Inhalateur à poudre sèche (IPS): de nombreux médicaments contre l’asthme sont disponibles sous forme de poudre inhalée dans les poumons. Vérifiez la technique correcte pour charger une dose et inhaler le médicament pour chaque type d’IPS. Pour la plupart des IPS, une inhalation forte est nécessaire.

Inhalateur à vapeur: un petit nombre de médicaments sont disponibles dans un inhalateur qui distribue le médicament sous forme de fine brume.

Nébuliseur: un équipement médical qui transforme le médicament liquide en une fine brume à inhaler à travers un masque facial ou un embout buccal. Ces dispositifs sont rarement nécessaires, sauf au service d’urgence pour le traitement de l’asthme mettant la vie en danger.

Les fabricants fournissent généralement des ressources pour les patients montrant comment utiliser l’inhalateur, et il existe des sites Web avec de bonnes vidéos de démonstration. Demandez à votre médecin et à votre pharmacien des ressources en ligne dans votre langue.

Plus sur #aboutasthma
Asthme, COVID-19 et autres infections
Types d’asthme
Grandir avec l’asthme
Puis-je prévenir les crises d’asthme ?
This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.